mardi 2 septembre 2014

Histoire et généalogie


Pas plus tard que la semaine dernière je publiais un article qui montrait l’importance pour un  généalogiste de disposer de quelques connaissances historiques pour comprendre les raisons profondes d’un usage ou d’une pratique donnée (en l’espèce la généralisation en France des registres paroissiaux à partir de 1668).

Je ne suis pas objectif lorsque je dis qu’un généalogiste doit faire de l’histoire ou en tout cas en maîtriser les fondamentaux, étant moi-même passionné d’histoire. Cependant, je suis convaincu que le fait de connaître l’histoire de son pays, de sa province ou de son village sont  un atout important pour le généalogiste.

Tout revient finalement à se poser la question suivante : et si, faire de la généalogie ce n’était pas faire de l’histoire sans le savoir ?


Hérodote - Source Wikipedia


Contextualiser

Normalement, une fois qu’on a réussi à bâtir l’ossature d’un personnage, en ayant retrouvé son nom et quelques unes des dates clefs de sa vie, on est tenté d’aller plus loin, de comprendre l’environnement dans lequel il a vécu, de connaître les faits qu’il a pu vivre.

Parfois même on a des ancêtres qui sont acteurs de cette histoire qu’on apprend à l’école : un soldat déserteur pendant la bataille de Waterloo, un collecteur de gabelle dans le Maine, un couple obligé d’abjurer sa foi protestante après la révocation de l’Edit de Nantes, etc..

Dans tous les cas, on habille cet ancêtre en le situant dans son contexte. On est alors bien obligé de chercher à en savoir davantage sur la période pendant laquelle il a vécu et sur les faits marquants de cette époque. Non seulement cela nous permet de mieux comprendre les éléments qui figurent sur les documents qu’on a en notre possession, mais en plus cela permet de rendre cet ancêtre plus vivant.


Relier des faits entre eux

Lorsqu’on part d’un ancêtre et qu’on commence à identifier sa descendance et ses alliances on crée une sorte de nébuleuse qui va venir interagir avec d’autres nébuleuses pour fonder un groupe de personnes qui ont été en relation les unes avec les autres.

Que ce soient les liens établis entre des parents et les parrains et marraines de leurs enfants, les fratries, les mariages et remariages, on crée un nombre important d’interactions entre des personnes vivant dans un même lieu (ou en tout cas pas très éloignés les unes des autres) et à une même époque.

C’est ainsi que l’histoire locale peut permettre d’expliquer certains liens entre des familles ou que les liens entre certaines familles peuvent expliquer des alliances entre descendants. Au niveau de la famille on peut donc mieux comprendre l’enchaînement des unions ou des contrats passés entre différentes personnes. Car rien, ou si peu, ne procède du hasard total dans l’histoire de nos ancêtres.


Enquêter

On prête à Hérodote d’avoir inventé le concept « d’histoire ». Pour lui, faire de l’histoire c’était mener une enquête puisqu’en grec ancien, enquête se dit « historiè ». Mais que faisons-nous lorsque nous recherchons une date ou un lieu manquant ?  Nous menons une enquête …

Faire de la généalogie c’est fouiller parmi des centaines voire des milliers d’actes et de documents pour y trouver la pièce manquante au puzzle. Parfois d’ailleurs, la découverte d’une seule de ces pièces permet de donner une cohérence à plusieurs faits qu’on avait plus ou moins réussi à faire coexister, tout en sentant bien que le système ainsi conçu était un peu bancal : c’est une femme qui aurait eu son premier enfant à 13 ans alors qu’après enquête, la femme en question s’avère être la sœur aînée de l’enfant et pas sa mère …

Faire de la généalogie, c’est enquêter sans relâche jusqu’à trouver sinon les preuves irréfutables, au moins un faisceau d’indices suffisamment concordants pour qu’on ait de fortes présomptions. Bref, il faut être un peu têtu et perfectionniste pour faire de la généalogie …


La généalogie c’est de l’histoire

Je vois donc de très grands liens entre la généalogie et l’histoire. Mais peut-être que la généalogie est de l’histoire ? Une histoire locale, familiale, plus ramassée et ayant un impact plus faible sur la population d’un pays que l’Histoire avec un grand « H », mais de l’histoire quand même.
Si on prend les méthodes utilisées en recherche historique on constate sans problème qu’elles s’appliquent parfaitement à la généalogie. Toutefois cette dernière discipline a une caractéristique bien à elle : les liens qui relient ses acteurs à celle ou celui qui la pratique.

Ce lien particulier, génétique, ajoute l’émotion, la tendresse, la colère, bref, toute une foule de sentiments bien humains à une discipline plus neutre et analytique qu’est l’histoire.

La généalogie serait-elle donc de l’histoire avec du cœur en plus ?




Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le commenter et le partager.