samedi 8 septembre 2012

Et ma généalogie alors ?

Cet article me semble utile car j'en avais presque oublié l'objet initial de ce blog qui est de partager avec mes lecteurs mon expérience en généalogie, à commencer par la mienne.


Je ne vais pas donner beaucoup de détails sur les personnes ayant vécu au XXème siècle, respect de la vie privée oblige, en revanche, je vais diffuser le résultat de mes recherches tout au long des articles qui suivront.


Pour des questions pratiques, j'ai fait commencer ma généalogie à mon fils aîné car cela me permet de traiter de ma généalogie et de celle de mon épouse. Il sera donc la Génération 1, ou le Sosa 1 dans le vocabulaire généalogiste.

Point de départ, quelques chiffres


En ce qui me concerne, et avec la convention que j'ai indiquée, précédemment, mon PVAC actuel (Plus Vieil Ancêtre Connu) est Jean BERGERON, né vers 1500 et dont un des fils, Gaspard, fut Capitaine de la forteresse de Béthisy dans l'Oise. De lui je ne sais pas grand chose si ce n'est son nom et sa date approximative de naissance. Cela le positionne à la 19ème génération en partant de mon fils aîné.

Je me suis amusé à réaliser quelques statistiques sur ma famille et celle de mon épouse, mais je les exposerai plus tard.

Pour le moment, voici un petit tableau de synthèse, en écho à l'article de Sophie Boudarel sur son blog qui donne le nombre d'ancêtres connus et qui le compare au nombre que je devrais avoir en théorie.
Tout en sachant que j'ai des mariages entre cousins (qui augmentent la note ...), mais aussi des enfants trouvés et des filles mères (qui la diminuent ...).

Génération Ancêtres trouvés Ancêtres théoriques Ratio
1 1 1 100%
2 2 2 100%
3 4 4 100%
4 8 8 100%
5 14 16 87.5%
6 26 32 81.3%
7 44 64 68.8%
8 67 128 52.3%
9 114 256 44.5%
10 149 512 29.1%
11 161 1 024 15.7%
12 144 2 048 7.0%
13 101 4 096 2.5%
14 55 8 192 0.7%
15 31 16 384 0.2%

Donc, si on part de mon fils aîné, j'ai réussi à identifier 83.7 % des ancêtres à la 10ème génération, mais si on part de moi, cela chute à 57.6 % de personnes identifiées.
Pour être franc, il y a deux branches pour lesquelles j'ai peu d'informations car je n'ai pas encore eu le temps de m'y pencher sérieusement, celle de mon grand-père maternel et celle de la grand-mère paternelle de mon épouse ...

Mais, en écho à l'article que j'ai cité plus, haut, au-delà du chiffre, j'ai surtout découvert à chaque fois, des histoires étonnantes, parfois drôles, parfois dramatiques et c'est cela qui, selon moi, fait que la généalogie est une histoire sans fin car on a toujours envie d'en savoir plus.

Par ailleurs, et cela rend très humble, car lors de mes recherches j'ai découvert que j'avais à peu près toutes les classes sociales dans mon arbre : de l'aristocratie du Maine au plus petit des journaliers dans la Drôme ...

Et vous, qu'avez-vous pu retirer de l'étude de votre arbre généalogique ?


Pour aller plus loin : 


           

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire