mardi 20 novembre 2012

Les légendes familiales à l'épreuve des faits ...

Pack Généatique 2012 - le cadeau idéal à faire à ceux qui veulent se lancer dans la généalogie !

Un jour, dans le passé, des faits se produisent. Puis le temps fait son oeuvre et les faits deviennent des souvenirs, qui se transforment en histoires que l'on se raconte pour finir en légendes.

Qui n'a jamais entendu parlé de l'ancêtre qui a tout perdu à la Révolution Française, d'un cousinage avec un personnage prestigieux, sans que l'on sache exactement qui est l'ancêtre commun ... Qui n'a jamais trouvé des notes d'un arrière-grand-père attestant que notre famille descend par les femmes de Charlemagne, preuves à l'appui ...

Je crois qu'une des missions du généalogiste est de tordre de cou à ces légendes souvent infondées. Bien sûr, parfois, les légendes sont avérées et les preuves tangibles que l'on amène sont alors notre Graal. Mais malheureusement (ou pas ...) ces cas sont rares.

J'ai lu récemment un article du blog le "Codex Gnoufique" où son auteur cherchait la vérité sur un éventuel lien familial entre lui et un personnage que la presse de l'époque avait surnommé le Vampire de Saint-Ouen, Henri Blot !

L'homonymie est parfois un piège dans lequel le généalogiste imprudent peut tomber. Ce n'est pas parce que vous vous nommez Deseize que vous êtes le descendant d'un fils illégitime de Louis XVI, où ce n'est pas parce que vous avez des ancêtres qui se nomment comme un personnage célèbre que vous êtes cousins ...

C'est ce qui s'est passé dans mon cas ...

I) Acte I - Et si c'était vrai ...

Ceux qui me suivent savent que dans ma branche paternelle, j'ai des racines dans l'Oise et qu'une de mes aïeules se nomme Marie Landru, épouse de François Debuire en 1674 à Béthisy-Saint-Martin. Marie Landru était la fille de Nicolas Landru et de Jeanne Grenier, vivant tous les deux en plein règne de Louis XIII.

Landru, ça ne vous dit rien comme nom ?

Henri Désiré Landru

Et si j'étais, par ma grand-mère paternelle, un cousin éloigné du Barbe Bleue de Gambais, Henri Désiré Landru en personne, respectivement comptable, entrepreneur de travaux, cartographe puis fondateur d'une fabrique de bicyclettes à pétrole, mais aussi escroc, voleur, kidnappeur et assassin de plusieurs femmes.

Cet homme qui, à la date du 25 février 1922, acheva sa vie coupé en deux par la guillotine dans la prison de Versailles, et qui mit fin (malgré lui ...) à la mode de la barbe longue chez les hommes, qui ne voulait pas ressembler à ce tueur en série.

Cet homme à qui on devrait le surnom de "Tartempion" pour désigner une personne quelconque, pseudonyme qu'il avait utilisé dans l'une de ses petites annonces ...

Bref, j'ai des ancêtres de l'Oise qui se nomment Landru, et il existe un homme "célèbre" qui se nomme également Landru à Paris au début du XXième siècle. Peut-il y avoir un lien ?

II) Acte II - Une convergence troublante

Le seul moyen pour découvrir la vérité est de faire la généalogie dudit Henri Désiré Landru.

Je vais être honnête, pour ce faire, j'ai mixé mes propres recherches avec ce que j'ai pu trouver sur le site Geneanet.org.

Henri Désiré Landru est donc né le 12 avril 1869 à Paris, au 41 de la rue Puebla dans le 19ème arrondissement du mariage de Julien Alexandre Sylvain Landru avec Marie Antoinette Flore Henriquel.

Son père était chauffeur aux Forges de Vulcain et pour une raison qu'on ignore il a mis fin à ses jours le 28 août 1912 au Bois de Boulogne à l'âge de 76 ans. Peut-être a-t-il mal supporté le décès de son épouse deux années auparavant ? Chose étonnante, il semble que son épouse soit décédée à Agen ...

Quand on s'intéresse aux parents d'Henri Désiré Landru, on trouve quelque chose de troublant (pour moi) :
  • Julien Alexandre Sylvain Landru est né le 17 février 1836 à Ferrières, dans l'Oise
  • Marie Antoinette Flore Henriquel est née le 29 septembre 1835 à Noailles, dans l'Oise

Premier point, ses parents sont donc tous les deux originaires de l'Oise, comme mes ancêtres Landru. Lorsqu'on regarde sur une carte on trouve aussi ceci :

Crédits : Google maps

Le père est issu de la frontière avec la Somme, la mère est issue d'une commune au Sud-Ouest et éloignée d'environ 40 km de celle de son futur mari. Quant à la commune de mes ancêtres elle est le troisième angle d'un triangle presque équilatéral.

Cela signifie donc à première vue que les Landru de ma famille sont peut-être bien des cousins de Barbe Bleue ...

Remontons l'histoire.

Julien Alexandre Sylvain Landru est le fils de Louis Lucien Landru, né le 19 mars 1817 à Cinqueux (Oise) et de Marie Félicité Adélie Flers, née le 1er juin 1808 à Ferrières (60). Les parents se sont mariés le 30 mars 1843 à Liancourt (60).

Regardons la carte à cette génération ...
Crédits : Google maps
A la génération précédente, on avait le fils qui était né à Ferrières (dans la commune d'origine de sa mère), à environ 35 km de Béthisy. Tandis qu'à cette génération, on découvre (avec effroi) que le père est né à Cinqueux, commune située à 20 km de Béthisy.

La convergence devient très troublante et l'angoisse de découvrir un cousin tueur en série augmente d'un cran ...

III) Acte III - La comète s'éloigne de la terre

Louis Lucien Landru est le fils de Marie Alexandre Landru et de Marie Angélique Richon.
Il est né à Cinqueux, mais, ce qui est étonnant, c'est que jusqu'à présent, tous les patronymes apparus me sont inconnus. Cela signifie donc que la naissance de Louis Lucien en 1817 à Cinqueux est peut-être fortuite ?

Il a une soeur, plus âgée que lui de 3 ans, qui est née le 24 mai 1814 à Gilocourt ! Or Gilocourt est une commune qui est à l'Ouest de Béthisy et qui, à peu de choses près est symétrique de Cinqueux par rapport à Béthisy.

Donc, s'il n'est pas du coin, Marie Alexandre Landru a bougé dans la région et a donc dû traverser Béthisy dans les années 1810. Bon cela faisait plus de 150 ans que mon ancêtre Marie Landru y était née, mais quand même ...

On trouve encore que Marie Alexandre Landru a épousé Marie Angélique Richon le 26 juillet 1808 à Clermont. Clermont est à une dizaine de kilomètres au Nord-Ouest de Cinqueux. Mais surtout l'acte de mariage indique que le futur est natif de la paroisse de Montdidier à 40 km au Nord-Ouest de Clermont. De plus, Montdidier est dans la Somme.

En fait, comme souvent, c'est le lieu d'origine de la future qui a été choisi par le couple pour se marier. En d'autres termes, on a Marie Alexandre Landru qui vient de Montdidier et sa future femme de Clermont.

La génération suivante confirme ce fait puisque les parents de Marie Alexandre, Lugle Luglien Landru et Louis Marie Madeleine Sellier sont de Montdidier.

Montdidier - le Saint-Sépulcre

Le boulet est passé près, car il semble donc que les origines de la famille Landru-Barbe Bleue se trouvent à Montdidier, paroisse du Saint-Sépulcre. On trouve le plus vieil ancêtre connu qui est Louis Landru, époux de Marie Boucher, qui est décédé le 17 octobre 1693 à l'âge de 89 ans à Montdidier, paroisse du Saint-Sépulcre. Mais son acte de décès ne précise pas son lieu de naissance ...
On sait toutefois que son épouse est morte une dizaine d'années plus tard le 26 décembre 1704 à Oudeuil, dans l'Oise à environ 45 km à l'Ouest-Sud-Ouest de Montdidier ...

Le doute reste donc permis d'autant que ce couple a eu au moins 8 enfants :
  • Louise, née en 1660
  • Pierre
  • Nicolas
  • Jeanne, née en 1668 à Montdidier
  • Mathieu, né en 1669 à Montdidier
  • Anne, née en 1671 à Morienval (à une dizaine de kilomètres à l'Est de Béthisy ...)
  • François, né en 1674
  • Louis, né en 1677
Quand on observe les dates de naissance, on constate que le père était âgé à la naissance de ses enfants (entre 54 et 71 ans !) A-t-il été marié avant ? A-t-il eu une autre descendance ? Beaucoup de questions, peu de réponses ...

Mon Nicolas Landru est décédé à Béthisy-Saint-Martin le 12 juillet 1691 à l'âge de 67 ans. Cela le fait donc naître vers 1624. Il est donc contemporain de Louis Landru.
Par ailleurs, il a épousé Jeanne Grenier le 16 juin 1654 à Verberie, ladite Jeanne Grenier étant née audit Verberie le 27 décembre 1634.
Il est donc possible qu'il soit venu d'une autre paroisse pour épouser Jeanne Grenier, d'autant que le patronyme Landru ne se trouve pas dans les registres de Béthisy ni dans ceux de Verberie ...

Au mieux, on peut donc imaginer que Nicolas et Louis étaient frères, l'un trouvant sa moitié à Montdidier dans la Somme, l'autre à Verberie dans l'Oise, mais on peut imaginer qu'ils ne soient que cousins, ou ... rien du tout !

Je ne dispose malheureusement pas d'éléments complémentaires pour prouver ou infirmer un quelconque lien de parenté entre eux.

IV) Epilogue

C'est dans de pareils instants que l'on éprouve une vive frustration car on ne dispose plus d'actes permettant de remonter un ou deux générations au-dessus de Nicolas et Louis.

Cette petite enquête aura quand même permis de montrer plusieurs choses :
Tout d'abord, il faut toujours pousser ses recherches jusqu'au bout. Si je m'étais arrêté à la naissance de Julien Alexandre Sylvain Landru, j'aurais pu, par extrapolation justifier un cousinage, presque certain avec mes Landru, or une génération plus tard, je voyais cette relation familiale s'éloigner.

Ensuite, il faut admettre que l'on ne saura jamais toute la vérité. Les archives de Béthisy-Saint-Martin s'arrêtent à 1674 et celles de Verberie qui vont beaucoup plus loin, ne sont en vérité que des tables récapitulant les baptêmes, mariages et sépultures, ce qui n'est déjà pas mal ... Quant à celles de Montdidier, elles s'arrêtent à 1668 pour ce qui concerne la paroisse du Saint-Sépulcre. On ne dispose donc pas d'acte correspondant à la période de naissance de Nicolas et Louis.

Evidemment, l'homonymie est un piège car un même nom peut être porté par des personnes complètement différentes et sans lien de parenté entre elles. Toutefois, il existe des noms plus rares qui sont forcément issus d'un ancêtre commun. Est-ce mon cas ? Je citerais deux exemples :
  • tous les Ménérat de l'Oise descendent de Joseph Ménérat (Menrad), soldat allemand fait prisonnier dans les années 1795 et qui a épousé Marie Geneviève Deneufmaison à Morcourt en 1799.
  • tous les Tremblay du Québec descendent d'une même personne, Pierre Tremblay marié à Ozane Achon

Dans le cas de mon enquête, il reste quand même des zones d'ombre :
  • Les Landru ancêtres d'Henri Désiré viennent de Montdidier dans la Somme, mais on n'a aucune certitude que le plus vieil ancêtre connu y soit né
  • Nicolas Landru mon ancêtre s'est marié à Verberie en 1654, et il est dit au moment de son mariage venir de Béthisy-Saint-Martin. Mais on ne sait rien de ses parents. En tout cas, à ce jour, je n'ai pas trouvé d'acte de décès de ses parents à Béthisy-Saint-Martin ... Sa famille était-elle donc vraiment de là ?
  • Le patronyme Landru est assez rare dans la région : Nicolas Landru est semble-t-il le seul porteur du nom dans les environs de Béthisy-Saint-Martin. Est-il donc vraiment d'ici ?
Il reste donc beaucoup de travail en exploitant au maximum les documents dont on dispose. Il faudrait par exemple essayer de trouver les mariages des frères et soeurs des Landru, qu'ils soient les "miens" ou ceux d'Henri Désiré. On trouverait peut-être des traces de leurs ascendants ...

Car, on trouverait peut-être un indice, une preuve qui ferait que si finalement, Henri Désiré Landru pourrait être mon cousin ...

Et vous, avez-vous retrouvé éclairci des légendes ? 

Pour aller plus loin :

           

5 commentaires:

  1. Toujours intéressant de vous lire et de vous suivre ; vos posts sont de véritables histoires, comme les épisodes d'un feuilleton à la Dumas !
    Toujours délicat de confronter la légende familiale à la réalité ; j'en parlais il y a un peu moins d'un an sur mon blog : http://memoirevive-coteblog.blogspot.fr/2011/12/la-genealogiste-et-la-legende-familiale.html ; si la curiosité vous guide...
    Au plaisir de vous lire,

    Anne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Anne,

      Tout d'abord merci pour ces honneurs ! Je ne pense malgré tout pas valoir un centième de Dumas ... Hélas pour moi ;o)
      Je viens de lire votre article cité dans le commentaire : c'est très vrai cette sensation curieuse et indéfinissable d'être perçu comme le tueur de légende. Mais comme le disent nos cousins d'outre-atlantique "with great expectations comes great disappointment !"
      Nous aimerions tous avoir des ancêtres prestigieux ! Mais c'est rarement le cas ...
      Personnellement je trouve que redonner un nom à ces ancêtres, leur redonner une existence est déjà un immense cadeau que nous faisons à la postérité. Je me contente souvent de savoir que tel ancêtre était le contemporain de Louis XIII ou de Robespierre. Comment les percevaient-ils ? Comment vivaient-ils ? C'est sans doute là que se trouve la vraie richesse de nos histoires familiales !

      By the way, je viens d'ajouter votre blog à ma liste de blogs ! Je le trouve très intéressant !

      A bientôt !

      Supprimer
  2. Bonsoir Olivier,
    Je comprends votre frustration mais il ne faut pas vous décourager et vous avez raison, il faut exploiter au maximum les documents dont vous disposez (-;
    Sinon encore un billet passionnant, bravo !

    RépondreSupprimer
  3. bonjour Olivier
    plus je lis vos articles, et plus je suis admirative de votre travail ...
    J'ai eu l'occasion de vérifier une "légende familiale", un des premiers articles de mon blog, et j'avoue que j'avais été surprise que ce soit vrai. Comme quoi parfois certaines légendes sont exactes.
    Certaines personnes ne s'intéressent à la généalogie que sur ce plan, malheureusement. Une de mes amies espère toujours trouver sa parenté avec Victor Hugo, l'arrière grand père était monté à Paris pour l'enterrement du "cousin". Mais même en lui montrant que au plus loin qu'on remonte la branche en question, en 1650 il y a presque 200 kilomètres entre les deux villages où sont implantées les deux familles d'origine, elle continue à "espérer". Et pourtant je suis sure qu'elle a des ancetres passionnants ailleurs :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Brigitte,

      Merci beaucoup de ce compliment. Cela me va droit au coeur.

      Sur le sujet des légendes familiales, c'est vrai que certaines personnes préfèrent se rattacher à un cousinage prestigieux, fût-il rêvé, plutôt qu'à une réalité qui est souvent beaucoup plus riche.
      Chercher absolument des "cousins" stars n'a pas un grand intérêt à mes yeux sauf celui d'essayer d'en tirer une gloire personnelle.
      Comme vous le dîtes, nous avons beaucoup plus de cousins non forcément "reconnus" par la société, mais qui n'en sont pas moins géniaux !

      Supprimer