jeudi 29 novembre 2012

Point d'histoire familiale - Eugène François Girault

Pack Généatique 2012 - le cadeau idéal à faire à ceux qui veulent se lancer dans la généalogie ! 
 

Récemment, j'ai eu l'occasion de parler de la famille de Jean Girault et de Jeanne Gaudinière. Cette famille a une signification particulière pour moi car il s'agit de celle de mon arrière-grand-mère maternelle que j'ai très bien connu puisqu'elle est décédée à mes 25 ans.

Par ailleurs, j'ai passé un grand nombre de vacances chez elle et cela a été pour moi une occasion unique de partager avec elle des histoires familiales avec des souvenirs forts.


Je vais donc parler aujourd'hui de son père et de ses ascendants, Eugène François Girault. Et telle la madeleine de Proust, cela va être pour moi l'occasion de replonger quelques années en arrière dans cette région située à la frontière de l'Orne, de la Sarthe et de la Mayenne, entre les anciennes provinces du Maine et de la Normandie.

Pour terminer sur cette introduction, je précise également que les Archives Départementale en ligne de ces trois départements sont très complètes et très bien tenues, ce qui est un vrai bonheur pour la recherche !

1) Eugène François Girault (1845-)

Eugène François Girault est le petit dernier d'une famille de 4 enfants. Il est né le 9 août 1845 à Placé en Mayenne, plus précisément dans le village de la Chenevetterie où ses parents sont cultivateurs. Il commence par aider ses parents à la ferme mais à leur décès il quitte la maison familiale pour s'installer à Placé comme marchand de tissus.

Le 26 juin 1883 il épouse Marie Louise Piednoir, sa cadette de 3 ans, à Chailland, toujours en Mayenne. Il n'a pas été très loin pour trouver son épouse car Chailland et Placé sont des communes mitoyennes.

Eugène François Girault à son premier mariage en 1883
Marie Louise Piednoir à son mariage en 1883

Cette union verra naître deux enfants mais se terminera par un drame personnel pour Eugène François.
En effet, le 9 mai 1884 naît Marie Eugénie qui décède le 30 août suivant à l'âge de 3 mois ...
Quelques années après, le 10 juin 1889, c'est un petit garçon qui naît, Eugène Marie (noter l'inversion des prénoms pour lui donner la forme masculine de celui de sa défunte petite soeur ...). Mais les choses se passent mal et Marie Louis Piednoir décède la jour même, précédant de quelques heures la mort de son fils qui ne survit pas à l'acouchement et meurt le lendemain.

En quelques heures, Eugène François a tout perdu et il se retrouve seul sans aucun enfant, et âgé de 44 ans !

Il faut attendre le 18 septembre 1892 pour qu'il épouse à la Baconnière Euphrasie Zoé Alexandrine Trochon, qui a tout de même 15 ans de moins que lui et qui est issue d'une famille aisée et d'ascendance bourgeoise et noble. De cette union naîtra une fille Marie Eugénie Mathilde le 29 août 1894, mon arrière-grand-mère ...

Avec l'arrivée de Marie Eugénie Mathilde, la "malédiction" est levée !

Pour l'anecdote, cette dernière m'a raconté que sa mère avait été mariée auparavant avec un homme qui était fort porté sur la boisson et qui (heureusement ?) n'aura pas de descendance. Un soir, rentré ivre, il s'est attablé pour boire un autre verre, mais il a confondu une bouteille d'alcool avec une bouteille contenant de l'eau de Javel ... Le résultat ne s'est pas fait attendre : il est mort quelques heures après ...

2) Jean Girault et Jeanne Gaudinière

J'ai eu l'occasion de donner beaucoup de détail sur ce couple dans un article précédent, aussi je ne rappellerai ici que l'essentiel (voir l'article "Recensement et film généalogique").

Jean Girault est né le 22 nivôse an VIII (13 janvier 1800) à Placé du mariage de Pierre Girault et de Jeanne Mellier. Ses parents sont cultivateurs tous les deux et c'est tout naturellement qu'il exercera ce métier tout au long de sa vie.
C'est cependant un cultivateur relativement aisé car lui et son épouse auront en permanence dans leur exploitation 2 domestiques et parfois 3.
Il décède le 7 octobre 1878 à l'âge de 78 ans.

Jeanne Gaudinière est née le 22 avril 1807 à Montflours, dans la Mayenne du mariage de René Gaudinière et de Jeanne Launay. Son père est métayer et a une vie assez confortable.
Elle décèdera le 22 avril 1871, le jour de ses 74 ans ...

Jean Girault et Jeanne Renée Gaudinière se marient le 5 août 1833 à Placé, dans la commune du futur et de leur union naîtront 4 enfants :
  • Jean Baptiste, né en 1834
  • Aimée Virginie, née en 1836
  • Pierre Joseph René, né en 1838
  • Eugène François, né en 1845
Jean Girault à son mariage en 1833

3) Pierre Girault et Françoise Mellier

Pierre Girault est né le 17 mai 1768 à la Bigottière du mariage de Jean Girault avec Jeanne Billet. La Bigottière est une paroisse voisine de celle de Placé. Son père est closier, c'est-à-dire qu'il exploitait une métairie close (donc de taille modeste).
Il va commencer par servir comme domestique dans une exploitation agricole puis prendra la suite de son père comme closier. A noter que son parrain et sa marraine sont son frère et sa soeur. A l'époque donc, l'Eglise ne s'embarrassait pas de savoir si les parrain et marraine avaient suffisamment de culture religieuse ...

Il décèdera le 30 décembre 1844 à l'âge de 76 ans dans la commune de Placé où il était arrivé après son mariage.

Françoise Mellier est née le 14 décembre 1765 à Placé du mariage d'Etienne Mellier avec Françoise Anjuère. Dans l'état actuel de mes travaux, je ne sais pas grand chose de ses parents sinon qu'ils demeurent à Placé et que son père est décédé quand Françoise était assez jeune. En revanche, on sait que sa mère était closière. Elle est donc issue d'une famille d'un niveau social similaire à celui de son mari. Françoise Mellier décèdera le 29 novembre 1837 à Placé à l'âge de 71 ans.

Pierre Girault et Françoise Mellier se marient le 6 thermidor an II (24 juillet 1794) à Placé et de cette union naîtront au moins deux enfants :
  • Françoise, née en 1797
  • Jean, né en 1800

Leur acte de mariage n'est pas signé et il semble qu'ils ne savaient pas signer eux-mêmes ...

4) René Gaudinière et Jeanne Launay

René Gaudinère est né le 28 mars 1769 à Martigné dans la Mayenne du mariage de René Gaudinière, laboureur,  avec Louise Ambroise Lenain. C'est une famille au sujet de laquelle je ne sais finalement pas beaucoup de choses en dépit de la richesse des fonds d'archives qui m'ont permis de remonter assez facilement jusqu'à la fin du XVIème siècle. La seule certitude est qu'elle est très ancrée localement et que j'y ai retrouvé un meunier, signer d'une certaine aisance financière.
René Gaudinière exercera la profession de laboureur, d'abord à Martigné jusquà la fin du siècle, puis à Montflours où il décèdera le 16 novembre 1840.

Jeanne Launay est elle née le 23 mars 1771, également à Martigné, du mariage de Jean Launay, laboureur, avec Marie Carré. Dans ce cas aussi, je retrouve des laboureurs et des métayers dans son ascendance, mais rien de plus précis. Jeanne Launay décèdera le 13 octobre 1850 à Montflours à l'âge de 79 ans !

De leur union le 5 février 1793 à Martigné, naîtront au moins 6 enfants :
  • René, en 1793 à Martigné
  • Jeanne, en 1795 à Martigné, qui décèdera à l'âge de 5 ans à Montflours
  • Pierre, en 1801 à Montflours
  • Jeanne, en 1807 à Montflours
  • Renée, en 1810 à Montflours
  • Rosalie Marie, en 1816 à Montflours

 

5) Jean Girault, Jeanne Billet, Etienne Mellier, Françoise Anjuère, René Gaudinière, Louise Ambroise Lenain, Jean Launay et Marie Carré

Le point commun de ces personnes, arrières-grands-parents d'Eugène François Girault, est qu'ils sont tous des paroisses environnant Placé.

En fait, il y a eu dans cette branche une très faible mobilité et on retrouve d'ailleurs des mariages entre cousins assez fréquemment (en tous cas plus que dans la moyenne) ...

De la même manière, il y a une grande uniformité dans les professions et métiers exercés. On a des familles de paysans : des laboureurs, des cultivateurs, des métayers, des closiers. Ce n'est finalement qu'Eugène François qui innovera en devenant marchand de tissus. Cette stabilité sociale et géographique est un avantage pour le généalogiste car on ne se perd pas à chercher des actes dans des paroisses ou des communes lointaines.

Par ailleurs, je l'ai dit à plusieurs reprises, les fonds d'archives sont très complets et on peut donc remonter les branches assez loin.

Trois exemples illustrent cette stabilité :
  • Jean Girault et Jeanne Billet se marient le 23 septembre 1749 à la Bigottière
  • René Gaudinière et Louise Ambroise Lenain se marient le 17 juin 1766 à Martigné
  • Jean Launay et Marie Carré se marient le 2 juin 1767 à Martigné
Quant à Françoise Anjuère, elle est originaire de la Bigottière et de Placé.


Et vous, avez-vous pu noter parfois une grande stabilité sociale et géographique chez vos ancêtres ?

Pour aller plus loin :

           

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire