samedi 3 novembre 2012

Point d'histoire familiale - Marie Bost


Après l'escapade de la semaine dernière aux confins du Maine et de la Normandie, retour en Périgord, à la frontière de l'Angoumois.

C'est d'ailleurs un phénomène assez curieux que j'ai découvert tant dans mon histoire familiale que dans celle de mon épouse : nos ancêtres vivaient aux limites des départements ! Il s'agit évidemment un hasard de la géographie, mais c'est assez étonnant et parfois compliqué à gérer, surtout quand certaines archives départementales sont moins pourvues que d'autres.

Revenons donc en Périgord, dans la paroisse de Champagne. Comme dans beaucoup de cas, cette commune sera fusionnée avec celle de Fontaine dans le premier quart du XIXème siècle pour devenir Champagne-et-Fontaine.

Eglise de Champagne

Cette paroisse se trouve dans une sorte d'excroissance de la Dordogne en Charente. C'est ce qui explique pour la branche maternelle de mon épouse, les allers et retours entre ces deux départements.

Deux choses à savoir sur cette famille. C'est la première à laquelle j'ai commencé à m'intéresser car mon épouse dispose d'archives familiales remontant assez loin. Ensuite ce sont des propriétaires assez fortunés et des maîtres artisans spécialisés dans le travail du fer (serrurier, cloutier, maréchal). Ce qui est particulier, c'est que la maison familiale qui se trouve dans le village de Jaufrenie est toujours dans la famille, ce depuis au moins 10 générations. Elle n'a pas changé et a toujours sa structure de l'époque, ce qui est assez émouvant quand on pense au nombre de naissances et de décès qui y ont eu lieu. Les pièces sont toujours là !

Alors en route pour découvrir qui était Marie Bost.

1) Marie Bost (1825-1890)

Marie Bost est née le 2 mai 1825 à Jaufrenie, dans la maison familiale, du mariage de Pierre Bost et Marie Dupuy. Son père est un propriétaire aisé et sa mère descend d'une longue lignée de maîtres artisans puisqu'on compte deux maîtres serruriers, un maître maréchal, un maître menuisier et un maître cordonnier.

Au moment de sa naissance, ses deux grands-parents paternels sont encore en vie et habitent avec la famille de Marie à Jaufrenie.

Elle n'a a priori pas de frères et soeurs et c'est donc elle qui héritera de la propriété familiale.

Le 21 juin 1852, elle épouse à Champagne-et-Fontaine, François Bitout, un jeune homme de son milieu puisqu'il est aussi un propriétaire aisé de Charente. Il est originaire de Salle-Lavalette ainsi que sa famille. Il est un peu plus âgé qu'elle puisqu'il est né le 8 janvier 1822.

Tous deux s'installent à Jaufrenie dès 1852.

De leur union naîtront trois enfants :
  • Pierre en 1853, mais qui décède enfant la même année
  • Marie en 1855
  • Jeanne Antoinette en 1856 de laquelle descend mon épouse (et mes enfants !)
De sa vie on ne sait pas grand chose si ce n'est que son mari fera beaucoup de transactions en achetant et en vendant des terres toute sa vie.

La grand-mère maternelle de mon épouse me racontait que son arrière-grand-père François Bitout se promenait avec une sacoche de pièces d'or et prêtait de l'argent à beaucoup de monde ... Exagération ou légende ? Toujours est-il que Marie Bost a eu une vie heureuse, n'eût été cette perte d'un petit enfant.

Marie Bost décèdera le 12 janvier 1890, à Jaufrenie, entourée des siens, à l'âge de 64 ans.

2) Pierre Bost et Marie Dupuy

Pierre Bost naît le 24 Ventôse an V (14 mars 1797) du mariage de Pierre Bost et de Marie Authier. Comme ses parents, il exercera la profession de propriétaire agriculteur ... Il est né à Jaufrenie, dans la maison familiale, y vit et y meurt le 7 octobre 1877 à l'âge de 80 ans.

Il fait partie de ces personnes qui ont connu un peu tous les régimes politiques qui existe pendant leur vie. Il est cependant né sous la Ière République et mourra sous la IIIème ... Il aura surtout la satisfaction de connaître ses petits-enfants et même de voir la première se marier !

Marie Dupuy est née le 3 Thermidor an V (21 juillet 1797) au bourg de Champagne du mariage de Jean Dupuy avec Marie Jouvé. Son père est maître serrurier comme beaucoup d'hommes avant lui et Marie Jouvé est la fille d'un maître cordonnier. On est dans une famille d'artisans qui vivent en "ville" et non pas à la campagne. Elle mourra le 9 janvier 1852 à Jaufrenie où elle habite avec son mari depuis son mariage le 21 avril 1817.

A noter que Marie Dupuy est mineure lors de son mariage, or son père est mort en 1814 alors qu'elle avait 17 ans et elle a perdu sa mère en 1799 à 2 ans ! Elle est donc sous la tutelle d'un de ses oncles et il faudra un conseil de famille pour accorder sa main à Pierre Bost.
Quand on lit le délibéré de ce conseil qui s'est tenu à la Justice de Paix de Champagne, on est étonné de voir à quel point les gens étaient soucieux de la moralité du prétendant ! Cela laisse penser qu'il a s'agit d'un mariage d'amour car le pauvre Pierre Bost est vraiment examiné à la loupe par le Conseil de Famille ...

3) Pierre Bost et Marie Authier

Pierre Bost père est né le 7 mai 1769 à Jaufrenie du mariage de Pierre Bost et Madeleine Ducher. Lui aussi est propriétaire agriculteur et gère la propriété familiale dont il a hérité. Il décède le 19 juin 1846, à Jaufrenie à l'âge de 77 ans. A croire que la durée de vie est liée à la pénibilité de ladite vie ...

Marie Authier est née le 23 juillet 1769 à Rougnac en Charente du mariage de Jacques Authier avec Marie Labroux. Jacques Authier est cloutier et fait donc partie de ce petit monde des artisans ... Après son mariage avec Pierre Bost le 26 avril 1792 à Champagne, elle déménage et va vivre à Jaufrenie. Elle y reste jusqu'à sa mort le 5 janvier 1844 à l'âge de 74 ans.

De leur union ne naîtra qu'un seul enfant Pierre, qui héritera donc de la propriété familiale ...

4) Jean Dupuy et Marie Jouvé

Jean Dupuy est né le 21 mai 1769 à Champagne (soit 2 semaines après la naissance du père de son futur gendre ...) du mariage de Jean Dupuy et d'Anne Bost. Il est maître serrurier comme son père. Après une vie agitée sentimentalement dont je vais parler par la suite, il décède le 11 décembre 1814 à l'âge de 45 ans.

Marie Jouvé est née le 14 décembre 1767 à Champagne du mariage de Jean Jouvé et d'Anne Laffaix. Son père est maître cordonnier au bourg de Champagne et fréquente donc certainement Jean Dupuy d'autant qu'ils sont de la même génération et que Champagne est une paroisse aux dimensions très modestes ... Elle décède très jeune puisqu'elle quitte ce monde le 12 Fructidor VII (29 août 1799) à l'âge de 31 ans !


Jean Dupuy et Marie Jouvé se sont mariés le 15 pluviôse an IV (4 février 1796) et pendant leur brève vie commune, il n'auront que deux enfants :
  • Marie née le 3 Thermidor an V (21 juillet 1797)
  • Jean né le 25 Brumaire an VII (15 novembre 1798)
le 13 Fructidor an VII an matin, Jean Dupuy se retrouve donc seul avec 2 enfants en bas âge : Marie a 2 ans et Jean a 9 mois ! Que faire ? Les confier à ses parents ou à ses beaux-parents ? Sans doute que c'est ce qu'il fait au début car au-delà du drame familial qui vient de se jouer, Jean Dupuy doit continuer à exercer son métier de maître serrurier ... Alors, il fait ce que beaucoup d'hommes faisaient en pareilles circonstances à l'époque, il se remarie !

C'est ainsi que le 26 Floréal an IX (16 mai 1801), il épouse Marie Roland. Au début tout se passe bien, mais apparemment, ladite Marie Roland n'a pas un caractère facile. Il faut dire qu'elle a cinq ans de plus que son mari et qu'à 37 ans, elle a peut-être du mal à supporter les deux enfants du premier lit de son époux. Marie a en effet 4 ans et Jean 2 ans et demi ...
Jean Dupuy a donc dû bénir la nouvelle République qui a instauré le divorce car quelques mois après son mariage avec Marie Roland, il divorce d'elle !

Lire à ce sujet, l'excellent ouvrage de Michel Prévost : Le divorce pendant la Révolution. Questions Historiques.

Retour à la case départ ...

Un peu échaudé par l'aventure malheureuse qu'il vient de vivre, Jean Dupuy attend le 24 février 1808 pour épouser Marie Dauphine Raspingeas. Ce qui est savoureux dans son acte de mariage est qu'il est indiqué que Jean Dupuy est veuf en secondes noces de Marie Roland, décédée le 23 janvier1807 ... C'est semble-t-il la raison officielle pour laquelle il a dû attendre si longtemps pour se remarier, alors qu'il avait divorcé de Marie Roland 6 ans auparavant ... Pour lever le doute, il suffit de regarder la mention notée en marge de l'acte de décès de ladite Marie Roland : "Décès de Marie Roland, divorcée, âgée de 43 ans, décédée le 23 janvier" !

Ainsi il semble que la mise en place du divorce ait été un peu chaotique et que certains officiers d'état-civil n'avaient pas bien compris que le fait de divorcer d'une personne permettait de lui rendre sa liberté ...

Toujours est-il que le mariage de Jean Dupuy avec Marie Dauphine Raspingeas se passe bien puisqu'il en naît 2 enfants : Jean et Marie (bis repetitas ...). Il en serait sans doute nés davantage si la mort n'avait pas emporté Jean Dupuy le 11 décembre 1814 ...

5) Pierre Bost, Madeleine Ducher, Jacques Authier, Marie Labroux, Jean Dupuy, Anne Bost, Jean Jouvé, Jeanne Laffaix

La première remarque à faire est que ces couples ont généralement eu 6 à 8 enfants chacun et que l'on note une faible mortalité infantile. Est-ce dû à leur niveau social, un peu plus élevé que la moyenne ? Est-ce un hasard ? Difficile de trancher.

La seconde est que l'on trouve un nombre incroyable de Pierre, Jean et Marie ! A eux 3, ces prénoms représentent environ 80% de la totalité des prénoms des enfants de ces couples. Le travail du généalogiste amateur que je suis s'en trouve fortement compliqué ...

La troisième est que tous les hommes sont de Champagne, sauf Jacques Authier et que l'apport de "sang neuf" s'est donc fait par les femmes. Seule exception pour Anne Bost, l'épouse de Jean Dupuy car elle est cousine de Pierre Bost et originaire de Champagne ...

La quatrième remarque est que globalement, on se marie entre personnes du même milieu. En effet :
  • Pierre Bost est maréchal
  • Jacques Authier est cloutier
  • Jean Dupuy est serrurier
  • Jean Jouvé est cordonnier

A ce sujet, lire le livre très complet d'Alain Belmont : Des ateliers au village. Quels artisans au village sous l'Ancien Régime ?, tome 1

Que des artisans ! Mais issus également de familles d'artisans ...
Cela explique également pourquoi, après leur mariage, les femmes sont venues vivre dans les paroisses des maris car ils y avaient leur métier. Déjà à l'époque, on avait ces contraintes de mobilité !

Et vous, avez-vous eu des ancêtres qui ont "testé" la procédure de divorce pendant la Révolution Française ? Avez-vous des regroupements d'artisans ?

Pour aller plus loin :


           

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire