mardi 12 février 2013

Esprit de famille et généalogie


Il existe parfois en généalogie des impasses que l'on pense insurmontables car on a beau chercher et chercher encore, rien n'y fait ! L'acte tant recherché reste introuvable ! Alors on essaie encore, mais finalement on arrête, remettant à demain cette recherche.

Après quelques temps (parfois quelques mois ...) on tombe sur l'ancêtre amputé de cet acte sans vraiment se souvenir des recherches qu'on avait effectué dans le passé et qui n'avaient abouti à rien. Et tant mieux, car c'est alors avec un regard neuf (parfois fiévreux ...) qu'on repart à la quête de l'acte introuvable.

Et survient alors, parfois, ce que je nommerais pompeusement le triomphe de la raison ! Ou peut-être de la persévérance ...

Château de Mareuil

De quoi s'agit-il ici ? De l'acte de décès de Catherine Foureix, épouse de Jean Merlaud et qui l'a épousé le 15 février 1816 à Puyrenier, petite commune du nord de la Dordogne. Acte que j'ai commencé à chercher en 1999 et pour lequel j'ai repris mon enquête la semaine dernière ...

1) Les actrices, les acteurs et les lieux !

En fait, je ne disposais que de l'acte de mariage de Catherine Foureix qui avait l'avantage d'être filiatif. Il m'apprenait que :
  • Jean Merlaud était originaire de la commune de Beaussac et était fils de Nicolas Merlaud et d'Anne Chabaneix
  • Catherine Foureix était originaire de la commune de Puyrenier et était fille de Charles Foureix et d'Anne Pingot.
J'avais donc le cas assez classique d'un mariage se tenant dans la commune de la future.

Il faut savoir que de ce mariage vont naître deux filles :
  • Isabelle, née le 17 décembre 1820 à Puyrenier
  • Valérie, née le 20 février 1824, à Puyrenier

Ces deux soeurs, par un clin d'oeil de la petite histoire ont épousé leur mari le même jour ! En effet, Isabelle a épousé Raymond Chancel le 12 mai 1856 à Puyrenier et Valérie a épousé Laurent Chaumette le même 12 mai 1856, également à Puyrenier.

Là où l'histoire devient croustillante est que :
  • le 1er août 1856 (après 3 mois de mariage tout de même ...), naît Jean Chancel du mariage de Raymond Chancel et Isabelle Merlaud
  • le 30 août 1866, naît Marie Chaumette du mariage de Laurent Chaumette et Valérie Merlaud
Pour en finir avec cette disgression qui nous éloigne (pas tant que ça, comme on va le voir ...) de l'objet de l'article, il faut savoir que le 13 juillet 1886, Jean Chancel épouse sa cousine germaine Marie Chaumette, à Mareuil.


Mais revenons-en à Catherine Foureix.

2) A la recherche de l'acte perdu

A ce stade de mes recherches, je dispose de peu d'informations sur Catherine Foureix puisque je n'ai que son acte de mariage. Lorsque je cherche sur les Tables Décennales de la commune de Puyrenier, je trouve le décès de Jean Merlaud le 2 mai 1862, à l'âge de 66 ans

Son acte de décès donne ceci :

Du trois mai mil huit cent soixante deux à huit heures du matin.
Acte de décès de Merlaud Jean âgé de soixante six ans, cultivateur, demeurant au bourg de Puyrénier, marié à Catherine Foureix. Ledit Jean Merlaud est décédé hier deux mai à quatre heures du doir au bourg de Puyrénier.
Sur la déclaration à nous faite par Raymond Chansard, gendre dudit Merlaud, âgé de trente quatre ans, cultivateur, demeurant au village de Donzat commune de Beaussac, en présence de Dumias Etienne, domestique, âgé de cinquante deux ans et de Merlaud Jean, frère du défunt, cultivateur, âgé de cinquante six ans, domiciliés tous les deux au bourg de Puyrénier.
Constaté, suivant la loi, en l’absence du maire, par nous adjoint de la commune de Puyrénier, canton de Mareuil, arrondissement de Nontron, département de la Dordogne soussigné.
Le comparant et les témoins ont déclaré ne savoir signer, après lecture faite.


Il nous apprend que Catherine Foureix est toujours vivante en 1862, mais comme elle est née vers 1787 (elle a en effet 29 ans en 1816, année de son mariage), elle a environ 75 ans au décès de son mari. Il y a donc fort à parier qu'elle n'a pas dû lui survivre longtemps.

Or, les Tables Décennales de Puyrenier restent muettes ...

En cherchant sur les dites Tables Décennales des communes avoisinantes, je n'ai rien trouvé. J'étais donc dans une impasse.

Jusqu'à ce qu'une idée me traverse l'esprit : Que fait une femme très âgée qui vient de perdre son mari ? Elle va vivre chez ses enfants !

Partant de cette hypothèse, je suis revenu aux deux enfants connus du couple : Isabelle et Valérie Merlaud.

Isabelle Merlaud est décédée à Puyrenier le 6 août 1856, vraisemblablement des suites de complications lors de la naissance de son fils Jean (né le 1er août 1856).
Valérie Merlaud quant à elle vit toujours en 1862 et avec son mari ils habitent encore à Puyrenier.

Retour à case départ ? Pas tout à fait. Il se trouve en effet que lors du mariage de leurs enfants en 1886, on apprend que Marie Chaumette et sa mère Valérie Merlaud, vivent dans le village de Chez Perot, dans la commune de Mareuil. Jean Chaumette son père y est d'ailleurs mort le 2 juin 1877.

On a donc la photographie suivante en 1877 :
  • Raymond Chancel vit avec son fils Jean à Puyrenier
  • Valérie Merlaud vit avec sa fille Marie à Mareuil

L'exploration de Puyrenier s'est avérée vaine. Quid de celle de Mareuil ?

La lecture des Tables Décennales de Mareuil donne le résultat tant espéré : le 28 août 1869 se trouve noté le décès d'une Catherine Foreix.

La lecture de l'acte lève les derniers doutes :

Du vingt neuf août mil huit cent soixante neuf à huit heures du matin
Acte de décès de Catherine Foureix, âgée de quatre vingt deux ans, cultivatrice, née à Nanchère, commune de Puyrénier en ce canton et domiciliée au village de Chez Perraut, commune de Mareuil, veuve de Jean Merlaud en son vivant cultivateur et fille de feu Charles Foureix et de défunte Isabelle Pingue.
Ladite Catherine Foureix décédée le jour d’hier à six heures du soir en son domicile.
Sur la déclaration à nous faite par Laurent Chaumette, cultivateur, âgé de quarante deux ans, domicilié au lieu de Chez Perraut, de cette commune, gendre de la défunte et Pierre Castanié, chapelier, âgé de vingt neuf ans, domicilié à Mareuil.
Constaté suivant la loi par nous maire de la commune de Mareuil, chef-lieu de canton, arrondissement de Nontron, département de la Dordogne, officier de l’état-civil soussigné.
Pierre Castanié a aussi signé le présent acte, non ledit Laurent Chaumette, ayant déclaré ne savoir après lecture faite.

C'est bien elle et surtout l'intuition (l'hypothèse, restons modeste ...) qu'elle a quitté son village à la mort de son mari pour se rapprocher de ses enfants s'est avérée correcte ! Quoi de plus logique en effet qu'une mère âgée qui va vivre chez sa fille. Mais pas n'importe quelle fille : celle qui dispose encore d'un mari !

3) Conclusion ... Car il faut bien conclure !

Cette énigme aurait pu être résolue par d'autres méthodes : la méthode de l'escargot ou la lecture des listes nominatives de recensement, mais :
  • la méthode de l'escargot est assez "fastidieuse", surtout dans ces zones rurales où il y a une quantité impressionnantes de communes, plus ou moins regroupées
  • la lecture des listes nominatives de recensement équivaut à celle des Tables Décennales en terme de charge de travail, et en plus, le site des AD de la Dordogne ne les propose pas en ligne ...
L'avantage de travailler sur cette époque et sur des communes de petite taille permet d'aller très vite sur les Tables Décennales, ce qui rend le travail d'exploration assez rapide.

Le seul point important n'est donc finalement pas tant de chercher que de savoir où chercher ! A ce titre, une lecture complète et détaillée de tous les actes dont on dispose déjà et la mise à plat d'une sorte de canevas représentant en quelque sorte la timeline des familles concernées permet parfois de résoudre une énigme assez rapidement !

Et vous, avez-vous des exemples d'actes trouvés par une méthode similaire ?

Pour aller plus loin :

           

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire