mardi 9 avril 2013

Challenge A à Z - I comme Indienne


Comme indiqué dans mes résolutions de l'année 2013, j'ai pour but cette année (nous sommes déjà en avril ...) de recenser tous les enfants abandonnés de l'Hospice des Pauvres de Beauvais sous le Premier Empire afin de savoir ce qu'ils sont devenus.

Travail pharaonique s'il en est car Beauvais n'est pas ce qu'on appelle un village ...

En débutant ce travail, j'ai constaté qu'un terme revenait souvent dans la description des tenues que portaient les enfants : l'Indienne !

Je connaissais ce terme mais n'avais jamais eu l'occasion de le rencontrer.

Fragment d'indienne - XVIIIème siècle

L'Indienne

En fait l'Indienne est un tissu imprimé ou peint qui provenait à l'origine des comptoirs d'Inde que les Français ou les Anglais possédaient. Du fait de leur procédé de fabrication, ils étaient beaucoup moins chers que des tissus brodés et très rapidement, la bourgeoisie, puis les gens du peuple se sont mis à en acheter de grandes quantités.

Mais Louvois, en 1686 en interdit le commerce car il s'agit là d'un tissu concurrençant les produits français, et en particulier les soieries lyonnaises. C'est étonnant de voir à quel point l'histoire se répète ...

Louvois, partisan du Made in France avant l'heure, ne peut hélas rien contre la demande toujours plus forte. La contrebande s'organise et finalement, les manufactures françaises, pas plus bêtes que les autres copient le procédé et peuvent donc produire à leur tour ce produit tant demandé.

A l'époque qui m'intéresse, sous le Premier Empire, l'Indienne est donc produite en France, il n'y a plus de problème de commerce et cela reste un tissu très bon marché avec cependant des motifs permettant d'égayer les tissus monochromes.

En pratique ...

Voici un (petit) florilège des motifs et couleurs utilisés sur les vêtements de mes petits abandonnés :
  • un bonnet d'indienne à fond violet
  • des manches de camisole bordées d'indienne violette
  • un fichu doublé d'indienne à fond rouge avec bouquet bleu et blanc
  • un bonnet d'indienne rouge rayé bouquet blanc
  • un bonnet d'indienne quadrillée jaune et violet
  • un fichu d'indienne violet et blanc
  • un bonnet d'indienne à fond sablé rouge et à bouquets rouges
  • un fichu de toile à fond blanc garni d'indienne à bouquet rouge et violet
  • un bonnet piqué d'indienne à fond blanc et à bouquet rouge et violet
  • un mouchoir d'indienne à fond blanc et à bouquets rouges
  • un bonnet d'indienne sablé mouche rouge
  • un bonnet d'indienne bleue
  • un fichu d'indienne à fond blanc et à fleurs violettes
  • etc.
A première vue on constate dans cette liste que l'indienne servait essentiellement pour des bonnets ou des fichus, c'est-à-dire des pièces de tissu ne supportant pas trop de frottements comme pourrait le faire un pantalon ou un jupon. Ce tissu devait donc être assez fin.

On note aussi la prédominance des couleurs de la ci-devant République : le bleu et le rouge. Un peu de jaune et de violet venant compléter une palette assez pauvre.

Enfin, les motifs sont soit géométriques soit floraux (ce qui est la majorité). Est-ce parce qu'il s'agissait d'enfants ? Un goût de l'époque ?

De nos jours, je ne pense pas que ce tissu existe toujours, les "imprimés" réalisés dans l'industrie textile l'ayant remplacé.



Je note quand même que par une ironie de l'histoire, la production française mise à mal par des importations d'Inde a commencé par être protégée par des lois protectionnistes, puis par une production locale : à l'époque, produire en France coûtait donc moins cher que de produire en Inde ... Les temps changent !


Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager !

Pour aller plus loin :



           

1 commentaire:

  1. Bon courage pour votre recensement et merci pour ce billet très intéressant

    RépondreSupprimer