mardi 21 janvier 2014

La vie continue ...


Le 13 janvier 1704, la petite église de la paroisse de Béthisy Saint Pierre est en effervescence. En effet, ce matin, Jacques Potier, le curé de la paroisse va procéder au baptême de la fille de Jean Choron, filassier et de Marie Anne Cadot son épouse. La petite fille est née dans la nuit, et à peine sa toilette de nourrisson faite, elle est emmaillotée et confiée à la jeune Marie Catherine Baudequin, qui va devenir sa marraine dans quelques heures et à Charles Thomas, le futur parrain.

Comme ils sont encore jeunes, ils sont accompagnés de leurs parents. Ensemble, ils vont rejoindre l’église où les attend le père Potier. C’est un homme dans la force de l’âge qui va bientôt fêter ses 44 ans. Il sourit en voyant arriver les deux compères car il se souvient qu’il n’y a pas si longtemps, c’était eux qui étaient portés sur les fonts baptismaux …

Baptême - crédits www.geneprovence.com


Les quelques proches entrent vite dans l’église car dehors il fait un froid glacial. La cérémonie peut commencer et une heure après, le prénom de Catherine est imposé à la petite fille par son parrain et sa marraine qui font leur marque sur le registre, le clerc de la paroisse, Sébastien Loyauté, ne les ayant pas encore vu dans son « école » si on se permet cet anachronisme.

Le nourrisson est vite rendu à sa mère et la fête commence. Le bébé a de bonnes joues. C’est le quatrième enfant du couple et sa mère sait, en la regardant alors qu’elle tête goulument qu’elle vivra.

En revanche, alors que l’église s’est vidée, le père Potier se sent soudainement mal. Un frisson glacial lui parcourt le dos, mais mettant cela sur le coup du froid hivernal, il ne s’inquiète pas outre mesure. Il rentre donc dans sa cure où un bon feu l’attend.

Les jours passent sans qu’aucun événement particulier ne vienne troubler la vie de la paroisse. Pourtant l’état de santé de Jacques Potier se dégrade. Il tremble de partout, il a de la fièvre et ni les saignées proposées par Maître Lorain, le jeune chirurgien de la paroisse, ni les décoctions préparées par la sage-femme n’arrangent les choses.

Le 21 janvier au petit matin, il y a exactement 310 ans aujourd’hui, on appelle maître Chambellan, le curé de la paroisse voisine de Béthisy Saint Martin, car on pense que le bon curé va passer et retrouver son maître. La matinée se passe dans la prière, le père Chambellan ayant administré à son ami le sacrement des malades.
La dernière image que Jacques Potier verra de ce monde sera ce baptême fait une semaine auparavant. Quel ironie, il venait d’offrir une nouvelle âme à Dieu et voilà qu’il doit rendre la sienne …
Avant midi, le père Potier n’est plus et on procède alors à son inhumation.

L'église où est inhumé le père Potier


Les pasteurs circonvoisins (entendre ici les curés) sont venus pour assister à la mise en terre de leur ami et frère. Celui-ci aura le privilège d’être enterré dans le chœur de cette église qu’il aimait tant.

La foule est nombreuse tant le père était apprécié. On aperçoit même, au premier rang, les deux notables les plus importants de la paroisse, maître Michel Carrier, procureur en la châtellenie de Béthisy Saint Pierre et Verberie, accompagné de son épouse Damoiselle Anne Brulant, et maître Jean Bergeron, notaire et greffier de la prévôté de Béthisy, également accompagné de Damoiselle Elisabeth Agnès Pincemaille son épouse.

Mais il va maintenant falloir gérer la suite car il ne serait question de laisser la cure vacante.

Alors on s’organise et dans un premier temps, c’est le fidèle Chambellan qui s’occupe de la paroisse de Saint Pierre, en plus de celle de Saint Martin, mais tout cela ne peut pas durer. C’est pourquoi 2 semaines plus tard c’est un religieux de l’Ordre de la Sainte Trinité qui réalise un baptême. Puis, le père Jean-Baptiste Brusset, religieux Franciscain prend le relais, en attendant que l’évêché ait trouvé un remplaçant au curé décédé.

Il faudra attendre le 23 mars, soit près de 2 mois, pour qu’enfin, le père Tesselette soit installé comme curé à Béthisy Saint Pierre.
Seulement voilà, ce nouveau et jeune curé le fait pas l’unanimité et très vite, les incidents se multiplient. Ainsi, lors des baptêmes du mois de juillet se feront sans les pères des enfants pour une raison pour le moins étonnante : à chaque fois, le père a tout simplement refusé d’être présent et de signer l’acte de baptême.

Mais le temps passe et il paraît que le temps de l’Eglise n’est pas celui des Hommes, et les choses s’arrangent doucement.

Quelques années plus tard, le père Tesselette disparaîtra à son tour et une grande foule viendra à ses obsèques, mais c’est une autre histoire …

Epilogue : encore une fois, je me suis essayé à la narration pour tenter de donner un peu de vie dans cette paroisse à la fin du règne de Louis le Grand. Les personnages cités ainsi que les faits mentionnés sont parfaitement réels et vérifiables sur les registres paroissiaux de  Béthisy Saint Pierre (Oise), à l’année 1704 (côte EDT2/1E4, vue 73).
Si j’ai pu donner un peu de consistance aux personnages cités, c’est en particulier grâce au dépouillement que j’effectue en ce moment des registres de cette paroisse. Les personnages de Michel Carrier, procureur et de Jean Bergeron, notaire sont très réels et semblent bien être les notables de la ville à cette époque.


Si cette histoire vous a plu, n’hésitez pas à la partager !



Pour aller plus loin :
           

6 commentaires:

  1. Passionnant votre récit ! On s'y croit vraiment ! Cela donne envie de dépouiller une commune pour avoir la vision globale de ceux qui y habitent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai.
      Mon but initial n'était pas cela quand j'ai entrepris le dépouillement des registres de Béthisy St Pierre, mais je commence à avoir une vraie vision globale de la vie de la paroisse avec les entrants, les sortants, les notables, les relations entre les familles.
      C'est passionnant !

      Supprimer
  2. Excellente idée que ce récit bien vivant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !
      Cela me donne envie de continuer l'exercice en mettant en scène ces personnes bien vivantes qui sont nos ancêtres. Une manière de leur rendre hommage ...

      Supprimer
  3. Fort bien raconté, vivement la prochaine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ;-)

      J'ai déjà quelques idées ...

      Supprimer